Environnement
Le vice-premier ministre Temesgen a lancé un mouvement national de protection de l'environnement.
Mar 29, 2024 138
Addis Abeba, le 29 mars, 2024 (ENA) : - Le vice-premier ministre Temesgen Tiruneh a lancé un mouvement national de protection de l'environnement d'une durée de six jours qui se déroulera sous le thème directeur suivant : "Plus de pollution, stimuler la beauté" : "Fin de la pollution, stimulation de la beauté",.   Le programme de lancement d'aujourd'hui a été suivi par les administrateurs en chef régionaux, les chefs des bureaux régionaux de protection de l'environnement et les représentants des organisations internationales.   Dans ses remarques, le vice-premier ministre Temesgen a souligné que l'Éthiopie s'était lancée dans des activités massives de protection de l'environnement.   Ainsi, la nation a mis en œuvre d'énormes travaux de protection de l'environnement, y compris l'initiative de "l'emprenite verte" pour rendre les villes belles et propres, ainsi que pour réaliser un développement riverain. Temesgen a dévoilé que le mouvement national de protection de l'environnement qui a débuté aujourd'hui a pour but de prévenir la pollution de l'environnement et de renforcer les efforts entrepris dans ce domaine.   Il a également précisé que le mouvement visait à construire une ville belle et pratique en faisant en sorte que les villes se débarrassent de leurs déchets de manière appropriée.   Le vice-premier ministre a également souligné la nécessité d'introduire un autre mouvement national pour prévenir la pollution sonore.   En outre, il a souligné que nous devrions nous concentrer sur la réduction de la pollution de l'air, de l'eau, du sol et du bruit en impliquant la communauté.
Le nouveau règlement sur la protection et l'utilisation du développement forestier fera en sorte que les ventes de carbone en Éthiopie soient régies par la loi.
Mar 3, 2024 203
Addis Abeba, le 3 mars 2024 (ENA) : - Des experts dans le domaine ont noté que la nouvelle réglementation sur la protection et l'utilisation du développement forestier rendra les ventes de carbone en Éthiopie régies par la loi et augmentera la participation du secteur privé.   L'un des cadres juridiques discutés et approuvés par le Conseil des ministres lors de sa 27ème réunion ordinaire est le « Projet de règlement sur l'aménagement, la protection et l'utilisation des forêts ».   Il a été indiqué que le règlement permettrait le développement et la protection des ressources forestières de l'Éthiopie en construisant une économie résistante au changement climatique et en introduisant des stocks de carbone sur le marché international.   Les experts forestiers supérieurs avec lesquels l'ENA s'est entretenu sur la même question disant que le nouveau projet de règlement sera d'une grande importance pour développer les ressources forestières de l'Éthiopie et augmenter ses revenus provenant de la vente de carbone. Le coordinateur du programme national « Red Plus » pour le développement forestier de l'Éthiopie, Tebtu Moges, a déclaré que l'Éthiopie ne dispose pas encore d'un cadre juridique pour vendre du carbone.   En outre, il a ajouté que le règlement sur la protection et l'utilisation du développement forestier approuvé par le Conseil des ministres lors de sa 27e réunion ordinaire a répondu à la question de la légalité du développement forestier, de l'utilisation et de la vente du carbone.   Il a également expliqué que l'Éthiopie a répondu au manque de légalité en développant ses ressources forestières pour tirer les revenus qu'elle mérite du secteur.   Adefris Warku, spécialiste forestier principal du développement forestier éthiopien et coordonnateur du programme national d'empreinte verte.   Selon lui, il est approprié de gérer les résultats réels du développement forestier dans un système approprié et légal mentionnant que la nouvelle réglementation est importante pour faciliter le développement du secteur et accroître la participation du secteur privé.  
L'Éthiopie et la Norvège ont signé un accord de 75 millions de dollars.
Feb 27, 2024 190
Addis Abeba, le 27 février 2024 (ENA) : - L'Éthiopie et la Norvège ont signé un accord de 75 millions de dollars pour réduire les émissions de gaz vert dues à la déforestation et à la dégradation des forêts.   L'accord a été signé aujourd'hui entre le ministre des Finances Ahmed Shide et le ministre norvégien du Climat et de l'environnement, Andreas Bjelland Eriksen.   S'exprimant à l’occasion, le ministre des finances a noté que l'accord permettra à l'Éthiopie de continuer à renforcer le travail qu'elle accomplit en matière de développement forestier et de protection de l'environnement.   La lutte contre le changement climatique et la réduction de la pauvreté ainsi que la construction d'une économie résiliente au climat et à l'économie en cas de catastrophe restent parmi les principales priorités du gouvernement éthiopien, a-t-il ajouté.   Selon lui, la campagne nationale de plantation d'arbres menée par le Premier ministre Abiy Ahmed dans le cadre de l'Initiative de l’empreinte verte est une autre manifestation de son engagement à lutter contre le changement climatique.   L'Éthiopie a investi plus de 82 milliards de dollars dans des programmes d'atténuation et d'adaptation au changement climatique et la majorité des projets et programmes du bureau des finances proviennent de financements publics complétés par l'aide internationale au développement, a déclaré Ahmed Shide.   L'Éthiopie et la Norvège entretiennent des relations diplomatiques bilatérales de longue date, a expliqué le ministre, ajoutant que leurs intérêts communs incluent, entre autres, la paix et la sécurité, la migration, le changement climatique, le développement du secteur privé et l'égalité des sexes.   Le ministre norvégien du climat et de l'environnement, Andreas Bjelland Eriksen, a déclaré que le Green Legacy lancé par le gouvernement était un plan ambitieux visant à réduire les effets néfastes du changement climatique.   Et tout au long de cette décennie, l’Éthiopie a véritablement été un leader sur le continent africain en matière de conception et de mise en œuvre de politiques de développement économique vert.   L'Éthiopie est à bien des égards en première ligne du changement climatique, a noté le ministre du Climat et de l'Environnement, Eriksen.   « Je suis encouragé d'apprendre que l'Éthiopie a augmenté sa couverture forestière grâce à des mesures politiques gouvernementales fortes qui donnent les résultats nécessaires ; et l'objectif ambitieux de doubler la couverture forestière d'ici 2030 est très impressionnant.
L’Éthiopie joue un rôle de premier plan en Afrique en termes d’action climatique : GGGI
Feb 27, 2024 127
Addis Abeba, le 27 février 2024 (ENA) : -L'initiative de plantation d'arbres de l'Éthiopie et la détermination du gouvernement à lutter contre le changement climatique sont exactement ce dont le monde a besoin pour éviter les défis mondiaux actuels, a souligné un haut responsable du Global Green Growth Institute (GGGI).   La directrice générale adjointe et responsable de la planification et de la mise en œuvre de la croissance verte chez GGGI, Helena McLeod, a salué les efforts du gouvernement pour réduire l'impact du changement climatique et a exprimé sa volonté de travailler avec l'Éthiopie.   Dans un entretien exclusif avec l'ENA, Helena McLeod a déclaré que l'Éthiopie joue un rôle de premier plan en Afrique en termes d'action climatique et que c'est un rôle que le pays joue depuis de nombreuses années, et nous sommes très heureux de soutenir le gouvernement dans ce domaine. McLeod, qui s'est récemment rendue en Éthiopie, a également déclaré que l'Éthiopie était l'un des plus beaux pays au monde qu'elle ait visités.   Elle a noté que le programme de plantation d'arbres est très important pour relever ces défis, car il crée des emplois et augmente la fertilité des sols. En outre, elle a déclaré que les efforts menés en Éthiopie protégeront également les villes de manière appropriée contre les inondations.   Selon le directeur adjoint, l’Éthiopie, en tant que pays avant et aujourd’hui, n’émet pas beaucoup de carbone. Il existe d’autres pays dans le monde qui émettent des quantités beaucoup plus importantes de carbone et se sont engagés à réduire la quantité de leurs émissions de carbone.   "Ce que nous essayons de faire avec GGGI, c'est d'attirer le financement climatique vers nos pays membres", a déclaré McLeod, ajoutant que souvent nos pays membres n'ont pas assez d'argent pour relever les défis majeurs auxquels l'économie est confrontée, mais ils n'en ont pas non plus. avoir suffisamment de capacité pour profiter des opportunités.   Depuis lors, GGGI travaille avec plus de 20 pays différents sur différents types d’obligations, d’obligations durables et d’obligations vertes. "Nous allons utiliser cette expérience et l'apporter en Éthiopie pour voir s'il s'agit d'un mécanisme qui nous permettra d'attirer davantage d'investissements pour lutter contre le changement climatique et d'autres questions telles que l'emploi, les emplois verts, qui peuvent également profiter à l'économie."   En termes de commerce du carbone, il s’agit d’un domaine à très fort potentiel pour attirer des fonds supplémentaires dans le pays et GGGI travaille avec l’Éthiopie pour s’assurer que le commerce est équitable pour le pays et ses intérêts.    
L'Éthiopie est un bon exemple en Afrique en matière de plantation d'arbres : Directrice exécutive du PNUE.
Feb 20, 2024 269
Addis Abeba, le 20 février 2024 (ENA) : - L'Éthiopie est un bon exemple en Afrique où de grands progrès ont été constatés en matière de plantation d'arbres, a déclaré la directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), Inger Andersen.   La directeur exécutive du PNUE, qui a participé au 37ème Sommet ordinaire de l'UA, a noté à l'ENA que l'Éthiopie avait planté des milliards d'arbres qui fixeraient le sol et y créeraient davantage de nutriments, comme une réponse cruciale et pragmatique pour atténuer la catastrophe climatique dans le pays et au-delà.   Selon Andersen, ces types de programmes et de projets environnementaux sont bons non seulement pour l’économie locale mais aussi pour l’économie mondiale.   Elle a en outre dévoilé que des crises majeures se produisaient en raison du changement climatique, qui frappait particulièrement durement l'Afrique.   L’Afrique n’a pas fait grand-chose pour provoquer le changement climatique. Mais l’Afrique souffre énormément », a noté la directrice exécutive.   Andersen a en outre révélé que les Nations Unies soutiennent l'Éthiopie ainsi que l'ensemble du continent avec des investissements assortis de changements politiques intelligents.   L’ONU est ferme sur l’impératif de la justice climatique et sur l’impératif du financement climatique, a affirmé la directrice exécutive.   Elle a également mentionné le récent Fonds pour les pertes et dommages doté de 800 millions de dollars, qu'elle estime insuffisant. Le directeur exécutif a souligné que « nous avons besoin de milliards ».
La Banque africaine de développement a annoncé qu'elle aiderait l'Éthiopie dans ses efforts pour développer les énergies renouvelables et prévenir le changement climatique
Feb 17, 2024 98
Addis Abeba, le 17 février 2024 (ENA) : - Kevin Karuki, vice-président du secteur de l'énergie, du climat et du développement vert de la Banque africaine de développement, a annoncé que l'Éthiopie contribuerait à ses efforts visant à développer les énergies renouvelables et à prévenir le changement climatique.   Le ministre de l'eau et de l'Énergie, l'ingénieur Habtamu Itefa, a eu une discussion avec le vice-président du secteur de l'énergie, du climat et du développement vert de la Banque africaine de développement, Kevin Karuki, sur le développement des énergies renouvelables et les programmes de développement connexes.   Le ministre a noté que le secteur du développement énergétique en Éthiopie se concentre sur les énergies renouvelables et que le programme national d'empreinte verte joue un rôle important dans la prévention du changement climatique.   Il a indiqué que le développement des énergies renouvelables et le programme d'empreinte verte peuvent en être un bon exemple ajoutant que le ministère travaille au développement de technologies de cuisson propres, en commençant par la création d'une organisation qui surveille et met en œuvre cette question.   Le conseiller du ministre, Motuma Mekasa, a, pour sa part, réitéré qu'il est nécessaire de remédier conjointement aux limites constatées par rapport aux projets de développement énergétique mis en œuvre avec la Banque africaine de développement.   L'ingénieur Asheber Balcha, directeur général de l’électricité éthiopienne, a souligné que l'institut se concentrait sur la production d'électricité à partir de diverses sources d'énergie renouvelables.   Il a demandé à la banque de soutenir des projets géothermiques.   Pour sa part, le vice-président de la Banque africaine de développement, Kevin Karuki, a déclaré que l'un des principaux objectifs de la banque était de permettre aux pays africains d'assurer un développement durable en soutenant le développement énergétique.   Il a dnoté que la banque aiderait également l'Éthiopie dans ses efforts visant à développer les énergies renouvelables et à prévenir le changement climatique.   Le vice-président a ajouté que parmi les projets énergétiques soutenus par la banque, il a cité les projets Adel et Derim ajoutant que les projets mis en œuvre avec l'Éthiopie continueront d'être renforcés.
La communauté internationale devrait soutenir les efforts de l'Afrique pour prévenir les effets du changement climatique.
Feb 14, 2024 108
Addis Abeba, le 14 février 2024 (ENA) : - La communauté internationale devrait soutenir les efforts de l'Afrique pour prévenir les effets néfastes du changement climatique.   Le ministre Dohir Dohlkamal a déclaré lors de l'ouverture de la réunion du Conseil exécutif que les conflits en Afrique, le contrôle d'un pouvoir anticonstitutionnel et d'autres conflits internationaux continuent de constituer un défi pour le développement et la paix du continent.   Il a souligné qu'après un an de mandat de son pays à la présidence de l'Union, des efforts ont été déployés pour résoudre pacifiquement les conflits en Ukraine et en Russie et pour assurer la paix et la stabilité en Afrique.   Il a souligné que même si l'Afrique a une petite part dans l'impact du changement climatique, elle est la première à subir l'impact et a présenté ses menaces au monde lors du 28ème Sommet des Nations Unies sur les changements climatiques à Dubaï.   Afin d'éviter ce problème, il a souligné que l'accent est mis sur l'Initiative de l’empreinte verte africaine et le développement de l'économie verte.   Concernant la connectivité régionale, il a rappelé que la mise en œuvre de la zone de libre-échange continentale en Afrique devrait être accélérée ajoutant que la coopération devrait se faire dans les domaines du commerce, de l'agriculture et d'autres secteurs.
Le Danemark s'engage à soutenir l'initiative "Green Legacy" de l'Éthiopie
Jan 26, 2024 108
Addis Ababa 26 janvier,2024 (ENA) Le vice-premier ministre et ministre des affaires étrangères Demeke Mekonnen s'est entretenu avec le ministre danois de la coopération au développement et de la politique climatique mondiale, Dan Jorgensen, dans son bureau.   Au cours de la discussion, M. Demeke a exprimé le souhait de l'Éthiopie de renforcer davantage les relations de longue date entre les deux pays.   Il a également expliqué les efforts concrets déployés par l'Éthiopie pour atténuer le changement climatique, en indiquant que grâce à l'initiative nationale "Green Legacy", des milliards de plants ont été mis en terre en Éthiopie au cours des quatre dernières années.   Le vice-premier ministre a déclaré que cette activité témoignait de l'engagement indéfectible de l'Éthiopie en faveur d'une planète sans carbone, à laquelle le monde aspire.   M. Demeke a également souligné l'engagement de l'Éthiopie en faveur de la paix, mentionnant les efforts du gouvernement pour garantir la responsabilité et consolider la paix dans le pays.   Le gouvernement fédéral est en train de finaliser la formulation d'une politique globale de justice transitionnelle afin de garantir la responsabilité, la guérison et la réconciliation, a-t-il ajouté.   M. Demeke a également appelé les parties prenantes à apporter un soutien concret à l'Éthiopie dans le cadre de son remarquable programme "Green Initiative".   Le ministre danois de la coopération au développement et de la politique climatique mondiale, Dan Jorgensen, a quant à lui déclaré que son pays souhaitait vivement coopérer avec l'Éthiopie pour atténuer le changement climatique.   Il a également fait part de la volonté de son pays de soutenir l'initiative "Green Legacy" de l'Éthiopie.
Des préparatifs sont en cours pour réaliser des travaux de conservation des sols et de l'eau sur 50 000 hectares de terres dans l’état de Tigray.
Jan 17, 2024 159
Addis Abeba, le 17 janvier 2024 (ENA) : - Des préparatifs sont en cours pour réaliser des travaux de conservation des sols et de l'eau sur 50 000 hectares de terres dans le cadre du développement du bassin d'été de cette année, selon le bureau de l'administration de l'agriculture et des ressources naturelles de l’état.   Selon le chef adjoint du bureau, Adalmbarhan Harife, a déclaré à l'ENA que des préparatifs sont en cours pour mieux mener à bien cette année les travaux de conservation des sols et de l'eau, suspendus depuis trois ans dans la région.   Il a dévoilé que les travaux de conservation des sols et de l'eau seront effectués avec une attention particulière car ils jettent les bases du développement durable.   Il a souligné que la région possède une solide expérience en matière de conservation intégrée des sols et de l'eau rappelant qu'il avait également reçu des reconnaissances et des récompenses dans les forums internationaux.   Il a souligné que des travaux de conservation des sols et de l'eau seront effectués sur 50 000 hectares de terres dans le cadre du développement des bassins versants de cette année.   Ainsi, 24 % de la population de la l’état participera aux travaux, a déclaré Adalmbarhan. Il a également mentionné que des dispositions sont prises pour faciliter la collecte du matériel nécessaire à l'exécution des travaux de manière rapide et de qualité.
Il est prévu de protéger les ressources naturelles sur 3,3 millions d'hectares de terres dans l’état d'Oromia.
Jan 15, 2024 137
Addis Abeba, le 15 janvier 2024 (ENA) : - Cette année, il est prévu de réaliser des travaux d'aménagement des bassins versants, de conservation des sols et de l'eau sur 3,3 millions d'hectares de terres dans l’état d'Oromia, selon le chef de l'état, Shimelis Abdisa.   Shimelis Abdisa a noté dans un message sur sa page de réseau social qu'il y a eu beaucoup de dégâts causés à la nature et que les mesures prises à plusieurs reprises pour éviter ce problème n'ont pas apporté le changement souhaité.   Il a dit qu'il est entendu que le manque de concentration et les problèmes de coordination étaient à l'origine de l'échec des mesures prises, et il a ajouté que notre gouvernement du changement avait réussi à résoudre ces problèmes.   Il a indiqué que cette année, tous les préparatifs nécessaires sont en cours pour consolider l'expérience des années précédentes.   Ainsi, il est prévu de réaliser des travaux d'aménagement des bassins versants, de conservation des sols et de l'eau sur 3,3 millions d'hectares de terres en mobilisant jusqu'à 10 millions de membres de la communauté à travers les services citoyens et les structures gouvernementales.   Il a noté que lorsque le travail sera converti en espèces, il vaudra 10 milliards de birr, et il a dit qu'il appelle toutes les parties prenantes à se préparer pour la campagne de conservation des ressources naturelles de cette année, qui sera officiellement lancée bientôt.
Les réalisations du programme REDD+ en matière de développement forestier en Éthiopie mises en avant à Dubaï.
Dec 10, 2023 185
Addis Abeba, le 10 décembre 2023 (ENA):- Le développement forestier éthiopien(EFD) a organisé un événement parallèle à la COP28 présentant les réalisations du programme REDD+ dans le secteur du développement forestier de l'Éthiopie.   L'événement a attiré un public diversifié désireux d'en savoir plus sur l'impact positif du programme sur l'environnement et l'économie du pays.   L'événement comprenait des présentations perspicaces couvrant les domaines clés du programme REDD+, notamment : le programme de préparation et de mise en œuvre de REDD+.   Dans le cadre de la discussion sur la gestion de l'eau, l'accent a été mis sur le rôle crucial des forêts dans la conservation de l'eau et sur les efforts du programme pour améliorer les pratiques de gestion des bassins versants.   La présentation de l'Éthiopie sur l'héritage vert a présenté l'ambitieuse initiative nationale de boisement et de reboisement visant à restaurer les terres dégradées et à augmenter la couverture forestière.   Après les présentations, une table ronde intéressante a eu lieu, réunissant des experts du Programme des Nations Unies pour le développement, de la Bio Economy Alliance, du Bureau de l'environnement et du changement climatique d'Oromiya et du Développement forestier éthiopien.   Les panélistes ont discuté des contributions significatives du programme au PIB de l'Éthiopie et ont souligné l'importance de l'implication communautaire dans les stratégies participatives de gestion forestière, selon le ministère de la Planification et du Développement.   L'événement s'est terminé par un message clair de réussite selon lequel le programme REDD+ a fait des progrès remarquables dans le secteur du développement forestier en Éthiopie, contribuant à la protection de l'environnement, à la croissance économique et à l'autonomisation des communautés.   Les réalisations du programme constituent un exemple puissant pour les autres pays à la recherche de solutions de gestion durable des forêts.
Le criquet pèlerin et d'autres ravageurs transfrontaliers restent des menaces majeures pour la sécurité alimentaire dans la région de l'IGAD
Dec 9, 2023 149
Addis Ababa 9décembre, 2023(ENA) Herbert Omondi Misiani, climatologue au Centre de prévision climatique de l'IGAD, a déclaré que le changement climatique créait des conditions favorables à la prolifération des criquets. La région de l'IGAD a été témoin de plusieurs manifestations du changement climatique telles que l'augmentation des inondations à la suite de fortes pluies et d'événements induits par la sécheresse, a-t-il souligné. En outre, l'évolution de l'intensité de la température de surface de la mer devrait avoir un impact négatif en termes d'inondations et de sécheresse. "La projection de l'avenir montre que ces facteurs de sécheresse entraîneront une plus grande infestation de parasites et de maladies. Le climatologue a exhorté l'IGAD et ses États membres à mobiliser des ressources pour l'adoption et la résilience des moyens de subsistance. Dans ce contexte, M. Misiani a évoqué la réponse de l'Éthiopie au changement climatique préoccupant par le biais de son initiative "Green Legacy" (GLI). Le pays a planté des dizaines de millions de plants d'arbres au cours des quatre dernières années. "Nous avons vu que l'Éthiopie essaie de planter des arbres et que le Kenya fait de même. La présence d'un plus grand nombre d'arbres dans la région permettrait donc de réduire les émissions de gaz à effet de serre. En raison de la gravité du scénario et des difficultés liées à la crise des infestations transfrontalières de criquets, les médias de la région de l'IGAD devraient fournir des informations détaillées aux communautés vulnérables, aux gouvernements et aux autres parties prenantes, a déclaré le formateur en communication de l'IGAD, Isaac Sagala.   Actuellement, le Centre de prévision et d'applications climatiques de l'IGAD dispense une formation aux journalistes de la région sur la crise de l'invasion transfrontalière de criquets et d'autres ravageurs.
L'Éthiopie joue un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique : Directeur de l'assemblée de la jeunesse africaine.
Dec 9, 2023 183
Addis Abeba, le 9 décembre 2023 (ENA):-L'Éthiopie joue un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique grâce à ses actions et mesures présentables, a déclaré Wechkuoth, directeur des relations internationales et des affaires diplomatiques de l'Assemblée de la jeunesse africaine.   Dans un entretien exclusif avec l'ENA, Andres G. Wechkuoth a annoncé que l'engagement du gouvernement dans la lutte contre le changement climatique avec l'Initiative Green Legacy était très louable.   Soulignant que l'initiative a reçu de nombreuses reconnaissances et appréciations de la part de différentes institutions, Wechkuoth a ajouté qu'elle mérite plus de reconnaissance, de participation, d'innovation et de collaboration.   Certaines des actions possibles consistent à encourager les citoyens, en particulier les femmes et les jeunes, à se joindre aux campagnes de plantation d'arbres et à prendre soin des plants plantés, en introduisant davantage de variétés de plants respectueux de l'environnement et résilients au climat qui peuvent apporter de multiples avantages tels que de la nourriture, des revenus et des revenus. protection de la biodiversité.   Les organisations régionales, les agences internationales et les autres pays doivent déployer tous leurs efforts pour partager les meilleures pratiques éthiopiennes afin de promouvoir l'nitiative d l'empreinte verte, a souligné le directeur.   Selon lui, contrairement à de nombreux autres pays, l’Éthiopie a quelque chose à présenter comme un héritage vert et quelque chose de présentable.  
L'Éthiopie et le PNUE discutent de la coopération environnementale lors de la COP28
Dec 7, 2023 110
Addis Ababa 7 décembre, 2023 (ENA) La ministre de la planification et du développement, Fitsum Asefa, et la secrétaire générale adjointe des Nations unies et directrice exécutive du PNUE, Inger Andersen, ont discuté de diverses questions environnementales et de domaines de collaboration lors de la COP28 à Dubaï. Lors d'une réunion bilatérale tenue aujourd'hui au sommet climatique COP28, les deux parties ont souligné l'importance de se concentrer sur les questions environnementales et ont convenu d'avancer dans la mise en œuvre des décisions de la 19e session ordinaire de la Conférence ministérielle africaine sur l'environnement (CMAE), selon le ministère de la planification et du développement. Cette réunion bilatérale met en évidence le partenariat solide entre l'Éthiopie et le PNUE et leur engagement commun à relever les défis environnementaux. Les parties ont également exprimé leur optimisme quant à la poursuite de leur collaboration pour faire progresser la protection et la durabilité de l'environnement en Afrique.   Mme Fitsum a souligné l'engagement de l'Éthiopie à faire entendre une voix unifiée pour l'Afrique au cours de sa présidence de la CMAE. Elle a également confirmé que tous les efforts seraient déployés pour assurer une représentation équitable de toutes les sous-régions au sein du bureau de la CMAE, conformément à la décision de la 19e session ordinaire. La ministre a également invité Mme Andersen à visiter le pavillon éthiopien de l'héritage vert sur le site de la COP28, ce à quoi Mme Andersen a confirmé qu'elle visiterait le pavillon de l'Éthiopie dans les prochains jours. Le PNUE a félicité l'Éthiopie pour sa présidence de la CMAE et la sélection de Fitsum comme président. Les fonctionnaires ont également exprimé leur désir d'éviter la réouverture de toute question en suspens qui aurait pu être suspendue précédemment. Les deux parties ont également convenu de travailler ensemble pour mobiliser des ressources en vue d'une meilleure mise en œuvre de l'initiative "Green Legacy".
Aucun pays ne peut lutter efficacement contre le changement climatique face au fardeau de la dette : PM Abiy
Dec 2, 2023 95
Addis Ababa 2 décembre, 2023 (ENA) Aucun pays ne peut relever efficacement le défi climatique si la dette est un fardeau, a déclaré le Premier ministre Abiy Ahmed dans le discours qu'il a prononcé aujourd'hui lors de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique (COP28). "Aucun pays ne peut relever efficacement le défi climatique si la dette est un fardeau", a-t-il déclaré, ajoutant que "c'est pourquoi le G20 doit s'efforcer de mettre en œuvre des plans d'allègement de la dette plus audacieux et plus rapides afin d'aider les pays les plus touchés à surmonter le surendettement, à lutter contre le changement climatique et à poursuivre des objectifs de croissance économique plus équitables et plus durables". Le premier ministre a également appelé à une action mondiale collective pour l'accélération du programme climatique, car "la bataille pour protéger et guérir notre planète est une bataille pour la croissance et la prospérité". L'Éthiopie, pour sa part, a pris des mesures concrètes pour mettre en œuvre son engagement envers l'Accord de Paris, selon le premier ministre. S'exprimant sur les réalisations enregistrées grâce à la mise en œuvre de l'initiative "Green Legacy" de l'Éthiopie, il a déclaré que l'initiative lancée en 2019 visait à établir 130 000 pépinières à travers le pays et à mobiliser chaque année des millions de personnes pour la plantation et la gestion des semis. Notre initiative "Green Legacy" représente une réponse proactive aux défis environnementaux et socio-économiques urgents. Elle permet de réduire les émissions de carbone, de préserver notre biodiversité, de créer des emplois et de stimuler des secteurs tels que le tourisme." L'initiative a connu un succès remarquable avec la plantation de 32,5 milliards de semis au cours des cinq dernières années, l'objectif étant d'en planter 50 milliards d'ici à 2026. Le premier ministre a souligné que l'initiative "Green Legacy" de l'Éthiopie deviendra le plus grand projet de boisement au monde lorsqu'elle sera achevée. "L'impact de notre initiative s'étend également au-delà des frontières, puisque nous partageons des plants avec les pays voisins", a-t-il ajouté, En outre, le Premier ministre a mentionné les interventions réussies, la plantation de diverses cultures tolérantes à la sécheresse et l'utilisation de technologies d'irrigation intelligentes sur le plan climatique, y compris le programme de développement du blé du pays. "Il convient de souligner notre programme national de production de blé, qui nous permet de produire 6 millions d'hectares en un an, ce qui fait de l'Éthiopie le plus grand producteur de blé d'Afrique. Cela a permis au pays de s'affranchir de décennies de dépendance à l'égard des importations de blé et d'en faire un pays exportateur de blé, a révélé le premier ministre. M. Abiy a également déclaré que l'Éthiopie investissait massivement dans les ressources énergétiques renouvelables et vertes. Avec l'objectif de tripler la capacité actuelle de production d'électricité et de doubler l'efficacité de l'utilisation de l'énergie d'ici 2030, le pays atteindra l'accès universel à l'électricité, réduira la dépendance à l'égard des combustibles issus de la biomasse et offrira aux industries la possibilité d'atteindre des objectifs de zéro net d'ici 2050. En outre, l'Éthiopie a adopté des politiques visant à encourager l'utilisation de véhicules électriques, ce qui a entraîné une forte augmentation du nombre de voitures hybrides et électriques sur nos routes, tout en réduisant le fardeau macroéconomique de l'importation de carburant. De même, Ethiopian Airlines modernise sa flotte en acquérant de nouveaux avions économes en énergie, a-t-il noté, ajoutant que "nous avons des chemins de fer électrifiés, une infrastructure de transport non motorisé en pleine expansion et nous développons notre système de transport de masse". Le Premier ministre Abiy a déclaré qu'il s'agissait là d'exemples concrets d'action. "Nous sommes effectivement dans notre contribution nationale déterminée et nos progrès témoignent de notre engagement envers l'Accord de Paris."
Agence des nouvelles éthiopienne
2023