Technologie
L'Éthiopie fait beaucoup pour la connectivité : Directeur régional de l'UIT pour l'Afrique
Feb 24, 2024 50
Addis Ababa 24 février, 2024 (ENA) L'Éthiopie fait beaucoup en termes de connectivité et s'améliore pratiquement chaque jour dans ce domaine, a déclaré Anne-Rachel Inne, directrice régionale de l'Union internationale des télécommunications (UIT) pour l'Afrique.   Dans un entretien exclusif avec l'ENA, Mme Inne a déclaré que l'Éthiopie est l'un des pays d'Afrique qui a ouvert son marché des télécommunications.   "Nous avons maintenant deux opérateurs, Ethio telecom et Safaricom", a-t-elle déclaré, ajoutant que l'UIT est une agence des Nations unies et que tous les opérateurs de télécommunications, tout comme les opérateurs de réseaux mobiles, en sont membres.   L'une des choses que l'UIT fait pour aider les pays, en l'occurrence l'Éthiopie, est d'examiner ce que nous pouvons faire en termes de réglementation, de politiques qui sont bonnes pour le pays et bonnes pour les opérateurs qui veulent s'implanter dans le pays, selon la directrice.   "L'Éthiopie est l'un des membres de l'UIT, ce qui signifie, comme vous l'avez vu, qu'elle (l'Éthiopie) fait beaucoup en termes de connectivité et qu'elle s'améliore pratiquement tous les jours. C'est formidable".   "Nous cherchons à soutenir l'Éthiopie pour nous assurer que cela profite à son peuple", a-t-elle ajouté.   De plus, elle a précisé que nous avons fait beaucoup pour les télécommunications et les infrastructures de connectivité sur le continent, y compris en Éthiopie.   Nous sommes en train de cartographier les pays pour voir où se trouvent les écoles et comment elles peuvent être connectées.   Ensuite, nous pourrons voir si nous sommes en mesure de fournir des infrastructures telles que des fibres et des satellites, a-t-elle ajouté, en proposant, le cas échéant, des formations aux enseignants par des organisations telles que l'UNESCO.   "Nous espérons connecter les écoles, une fois que nous aurons dressé la carte de ces écoles et que nous aurons examiné la manière dont nous pouvons les connecter, cela nous aidera également à augmenter l'infrastructure dans les pays", a-t-elle ajouté.   Elle a précisé que ce que nous essayons de faire, c'est de nous assurer que toutes les écoles sont connues au niveau local ; ensuite, nous pourrons dire comment les connecter, par exemple, si nous nous retrouvons dans un autre cas où les gens doivent rester à la maison, afin que les enfants puissent avoir accès à l'éducation.   Elle a insisté sur le fait que la connectivité n'est pas seulement une question de connectivité, mais qu'elle concerne les citoyens, les jeunes, les adultes, les écoles, l'éducation tout au long de la vie, y compris les personnes handicapées, et que nous voulons vraiment que tout le monde soit inclus.   "Nous connectons des écoles ; nous espérons également augmenter l'infrastructure de connectivité sur le continent africain", a-t-elle déclaré.   Rappelons que l'Union internationale des télécommunications a lancé des centres de transformation numérique (DTC) à Addis-Abeba en 2022 en vue de renforcer les capacités numériques des citoyens du pays.   L'initiative DTC aidera également l'Éthiopie à améliorer l'utilisation de la technologie numérique pour l'enseignement et l'apprentissage, l'administration, la recherche, entre autres.
Les pays africains devraient travailler dur pour mettre pleinement en œuvre le système d’identité numérique.
Feb 22, 2024 58
Addis Abeba, le 22 février 2024 (ENA) : - Les pays africains devraient mettre pleinement en œuvre le système d’identité numérique et œuvrer pour parvenir à une croissance économique durable.   La Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA) a indiqué dans un communiqué envoyé à l'ENA que le 12ème débat statistique s'est tenu avec l'aide d'Internet.   Maktar Sek, directeur de la technologie et de l'innovation de la CEA, a dévoilé que l'identité numérique ajoutera de la valeur au développement économique.   En particulier, il a souligné le rôle de la légalisation du flux de ressources économiques, de l’encouragement d’un système de prestation de services inclusif et de l’augmentation de l’échange d’informations numériques.   Il a indiqué que les études réalisées dans le secteur indiquent qu'elles ajouteront 3 à 13% au produit intérieur brut annuel qui présente de grands avantages non seulement en augmentant la valeur de l'économie, mais aussi en encourageant l'éducation, la santé, le marché du travail et d'autres services et en augmentant leur inclusivité.   Il a souligné que pour réaliser la mise en œuvre d'un système d'identité numérique efficace, les problèmes devraient être identifiés et résolus en fonction de la situation existante de chaque pays et les procédures de coordination du secteur devraient être renforcées.   Oliver Chinganya, directeur du Centre africain de statistiques à la CEA, a indiqué que le système d'identification numérique garantira que tous les citoyens seront traités équitablement par le gouvernement.   542 millions de personnes en Afrique n'ont pas de carte d'identité, a assuré William Muhwava, responsable des statistiques démographiques et sociales à la CEA.   Parmi eux, 95 millions d’enfants de moins de cinq ans n’ont pas enregistré leur naissance et 120 millions n’ont pas de carte de naissance.   Il a ajouté que les pays devraient travailler sur l'engagement politique, le renforcement des institutions et la sensibilisation pour garantir le droit de chacun à la légalité.   L'Éthiopie met en œuvre la Proclamation sur l'identité numérique depuis 2015 pour garantir le droit des résidents à l'identité en établissant un système d'identité numérique et en élargissant les possibilités d'exercer d'autres droits.
Un système d'adresse numérique a été mis en place dans la ville de Bishoftu.
Feb 22, 2024 57
Addis Abeba, le 22 février 2024 (ENA) : - Le système d'adresse numérique développé par l'Institut éthiopien des sciences spatiales et géo spatiales a été inauguré et mis en service aujourd'hui.   Lors du programme de lancement, des invités, dont le ministre de l'Innovation et de la Technologie, Belete Molla, le directeur général de l'Institut des sciences spatiales et géospatiales, Abdisa Yilma, et le maire de la ville de Bishoftu, Alemayehu Asefa, ont assisté au programme.   Il a également été souligné que le système d'adresses numériques inauguré aujourd'hui permettra d'indiquer l'emplacement exact des institutions et des résidences dans la ville. Il a également été souligné qu'il permet la mise à jour de la gestion foncière et d'autres informations de la ville et facilite l'interaction entre les prestataires de services et les utilisateurs.   Un système d’adresse numérique serait capable de rendre accessible à tous de manière efficace tous les services administratifs, économiques et sociaux.   On dit que la technologie aidera à construire des villes confortables pour les résidents, à créer diverses opportunités d'emploi pour les entrepreneurs technologiques en démarrage et à stimuler l'industrie du tourisme.   En outre, il a été suggéré que cela contribuerait de manière significative à simplifier, à rendre efficaces et à faire des transactions électroniques une réalité.   Il a été également indiqué que le système d'adresses numériques contribuera à moderniser l'activité sociale et économique, notamment en rationalisant la prestation de services dans les villes.
Ethio Telecom joue un rôle de premier plan dans le processus visant à faire de l'Éthiopie numérique une réalité.
Feb 20, 2024 58
Addis Abeba, le 20 février 2024 (ENA) : - Ethio Telecom joue un rôle de premier plan pour faire de l'Éthiopie numérique une réalité.   Selon la PDG, Frehiwot Tamru, qui a eu une réunion avec l'ENA, l'entreprise crée des conditions favorables pour aider les citoyens à rationaliser leurs activités quotidiennes grâce à la technologie.   Elle a également dévoilé qu'il est en mesure de donner accès à des technologies qui aident les institutions à être efficaces, à rendre leurs services accessibles rapidement et à augmenter leur productivité.   Elle a indiqué que le résultat a été obtenu grâce aux travaux réalisés suite à la réforme et aux améliorations régulières, et a mentionné que le taux a augmenté de 97%.   Il a déclaré que le nombre précédent d'utilisateurs d'Internet était de 17,8 millions et qu'aujourd'hui ce nombre atteint 36,4 millions.   Elle a exprimé que dans le cadre des efforts visant à numériser les services généraux fournis par le gouvernement aux citoyens, Ethio Telecom s'efforce de créer des conditions favorables.   Il a souligné que la pénétration des téléphones intelligents, qui était auparavant de 20 pour cent, est désormais passée à 46 pour cent ajoutant que 340 villes ont eu accès aux services 4G en termes de fourniture de la technologie qui constitue la base du développement.   La PDG a annoncé que la société joue un rôle de premier plan dans le processus visant à faire de l’Ethiopie numérisée.
Les pays africains devraient revoir leurs politiques et stratégies pour accélérer la transformation numérique.
Feb 17, 2024 50
Addis Abeba, le 17 février 2024 (ENA) : - Le directeur général d'Ethio Telecom, Frehiwot Tamiru, a souligné la nécessité pour les pays africains de revoir leurs politiques et stratégies en vue de créer un environnement approprié pour accélérer la transformation numérique sur le continent.   Le PDG a fait cette remarque lors d'une discussion organisée par l'Éthiopie en marge du 37e sommet de l'UA, organisé sous le thème « Expansion de la numérisation pour la transformation de l'Afrique » dans la salle panafricaine du musée commémoratif de la victoire d'Adwa.   Dans sa présentation au forum de discussion, la PDG d'Ethio Telecom a noté que les pays africains devraient avoir une politique attrayante et flexible pour encourager les nouvelles idées, les innovateurs et les investisseurs capables de soutenir de manière adéquate l'écosystème.   Elle a souligné la nécessité de garantir l’inclusion technologique afin de construire un avenir meilleur de manière durable.   LSelon elle, il y a actuellement 1,4 milliard d'abonnés à la téléphonie mobile et que ce chiffre devrait atteindre 1,7 milliard d'ici 2030. « L'Afrique détient le plus grand marché mobile en termes de comptes enregistrés et de volume de transactions.   La PDG a également souligné la possibilité de construire l’économie numérique de l’Afrique en utilisant la base d’utilisateurs d’argent mobile dont nous disposons aujourd’hui.   Le professeur Landry Signé, chercheur principal au Programme d'économie mondiale et de développement et à l'Initiative pour la croissance en Afrique de la Brookings Institution, a indiqué pour sa part que la transformation numérique aide l'Afrique à devenir une puissance mondiale en termes de croissance économique, de création d'emplois et de réduction de la pauvreté ainsi que l'amélioration des services financiers, de santé et d'éducation.   Il a souligné l'importance d'investir davantage dans l'enseignement primaire et secondaire afin de développer la pensée critique, les compétences numériques et les compétences STEM afin de contribuer au développement économique.
Afin d'assurer le développement durable en Afrique, nous devons accélérer la transition numérique : Présidente Sahlework Zewde.
Feb 17, 2024 40
Addis Abeba, le 17 février 2024 (ENA) : - La présidente Sahlework Zewde a dévoilé que pour garantir un développement inclusif et durable en Afrique, la transition numérique doit être accélérée.   Une discussion entre dirigeants de gouvernements et d'institutions axée sur l'idée directrice de « La numérisation pour la transformation de l'Afrique » a la salle du mémorial de la victoire d’Adwa.   La présidente a noté à l’occasion que la technologie joue un rôle irremplaçable dans l’exploitation du potentiel de l’Afrique mentionnant qu'accélérer la numérisation est pratique pour faire face aux pressions et apporter des solutions rapides aux problèmes.   La présidente a mentionné que l'expansion de la numérisation jouera un rôle important dans la création de l'Afrique prospère que nous souhaitons en 2063, selon l'ère européenne.   Elle a mentionné que l'Éthiopie a commencé à préparer une stratégie numérique 2025 conforme aux idéaux du continent.   En outre, elle a indiqué qu'elle mène de vastes activités concernant l'expansion des infrastructures de télécommunications, l'accès à Internet et l'intelligence artificielle.   « Si nous n’utilisons pas correctement le rôle positif de la numérisation pour la croissance économique, cela créera également un risque pour la sécurité. » a-t-elle exhorté.   Il a demandé aux dirigeants du continent d’y prêter attention afin que la prochaine génération excelle dans la technologie.
98,56% des cyberattaques au cours des six derniers mois ont été déjouées : INSA.
Jan 31, 2024 76
Addis Abeba, le 31 janvier 2024 (ENA) : - L'administration de la sécurité des réseaux d'information (INSA) a annoncé avoir déjoué 98 % des 4 623 cyberattaques au cours des six derniers mois.   Ainsi, il a été indiqué que plus de 10,5 milliards de Birr pourraient être économisés grâce aux mesures prises pour prévenir les cyberattaques.   INSA a publié un communiqué de presse concernant ses performances au cours des six premiers mois de cet exercice.   A l’occasion, le directeur général de l’administration, Solomon Soka, a dévoilé qu'au cours des six derniers mois, des travaux remarquables ont été réalisés en termes de prévention des cyberattaques.   Ainsi, au cours des six premiers mois de l'exercice, 4 mille 623 tentatives de cyberattaques ont été détectées ajoutant que 98,56% des 4 mille 493 tentatives d'attaque ont été déjouées.   Il a mentionné que les tentatives d'attaques étaient considérées comme perturbant l'infrastructure, tentant de perturber les services et les revenus, le vol et la perte de données et l'utilisation frauduleuse des méthodes de paiement.   Les banques et institutions financières, les médias et les principales institutions gouvernementales, les cabinets ministériels, les bureaux régionaux font partie des institutions ciblées par la cyberattaque.   Parmi les types de cyberattaques figurent les attaques Web, les logiciels malveillants, l'analyse des infrastructures et les perturbations des infrastructures, a-t-il noté.   Par ailleurs, le directeur général a mentionné qu'une enquête sur la vulnérabilité en matière de cybersécurité a été menée auprès de 149 institutions au cours des six derniers mois.   Il a également souligné que sur les 2 mille 999 types de technologie que l'administration a demandé l'autorisation d'importer dans le pays à travers le contrôle des technologies de l'information et de la communication, 338 d'entre eux se sont vu interdire l'entrée dans le pays pour des raisons de sécurité.
Ethio Telecom a lancé le service de réseau mobile de G5 dans les villes d’Harar et d’Haromaya.
Jan 29, 2024 62
Addis Abeba, le 29 janvier 2024 (ENA) : - Ethio Telecom a lancé aujourd'hui le service de réseau mobile de cinquième génération (G5) dans les villes d’Harar et d’Haromaya.   Lors du programme de lancement organisé dans la ville de Harar, il a été indiqué que le service de réseau mobile de cinquième génération permettra la fourniture et l'accès au dernier service rapide et efficace au monde ajoutant que le service de réseau mobile de cinquième génération offrira aux clients un service rapide et efficace adapté à l'époque.   De plus, il est indiqué dans le programme que le service fournira un service fiable et de qualité aux clients de la région.   Le service de réseau mobile de cinquième génération facilitera les activités sociales et économiques dans les villes et leurs environs.   Amina Abdulkarim, chef du bureau de développement urbain et de construction de l’état de Harari et d'autres membres du gouvernement régional ont assisté au lancement du service.   La PDG d'Ethio Telecom Frehiwot Tamru et des membres de la haute direction de l'entreprise ont également assisté au programme.   On rappelle qu'Ethio Telecom a lancé le service de réseau mobile de cinquième génération, rapide et efficace, dans les villes de Jigjiga et de Dredawa, à l'est du pays.   On sait qu’Ethio-Telecom s’efforce d’étendre les services Internet modernes et rapides 3G, 4G et 5G pour faire de l’Éthiopie numérique une réalité.
Des mesures sont prises pour faire de l’Éthiopie numérique une réalité.
Jan 19, 2024 112
Addis Abeba, le 19 janvier 2024 (ENA) : - Le ministère de l'innovation et de la technologie a noté que pour faire de numérisation de l’Ethiopie 2025 une réalité, le travail d'expansion des infrastructures et d'ouverture des organisations publiques de développement au secteur privé est en cours.   Le ministre de l'innovation et de la technologie, Belete Molla, a donné une conférence de presse concernant les activités semestrielles de l'institut.   Selon le ministre, afin de réaliser l’Ethiopie numérisée 2025, une grande attention est accordée à la construction d'infrastructures de technologies de l'information et de la communication (TIC).   Ainsi, le nombre d'utilisateurs d'Internet à haut débit a atteint plus de 35 millions et le nombre d'utilisateurs de téléphones mobiles a atteint plus de 73 millions.   Il a souligné que cela est le résultat de l'accent mis par le gouvernement sur l'expansion des infrastructures dans le secteur.   Le ministre a souligné que les activités qui jettent les bases de la réalisation de Digital Ethiopia 2025 sont en cours évoquant l'expansion des infrastructures, l'ouverture des entreprises publiques au secteur privé et la numérisation du système de paiement.   Le ministre a souligné que des efforts sont déployés pour numériser les services gouvernementaux et a souligné que 528 services ont été numérisés jusqu'à présent.   Il a expliqué que 321 services numériques ont été développés par le ministère de l'Innovation et de la Technologie.   Selon Belete, tous les services gouvernementaux sont en cours de numérisation. ​
Les missions éthiopiennes à l'étranger sont invitées à déployer des efforts pour solliciter des technologies financiers.
Jan 15, 2024 120
Addis Abeba, le 15 janvier 2024 (ENA) :- Les missions éthiopiennes à l'étranger sont exhortées à déployer des efforts pour solliciter des transferts de technologie, faciliter les programmes de renforcement des capacités, obtenir un soutien financier pour les projets, rechercher des marchés de destination et attirer des investissements directs étrangers (IDE).   La réunion annuelle, qui fait partie de la Semaine de la diplomatie, aura lieu du 13 au 27 janvier 2024. La séance d'aujourd'hui a porté sur les politiques, les cadres institutionnels, les réalisations et les défis de la science, de la technologie et de l'intelligence artificielle en Éthiopie, selon le ministère des Affaires étrangères.   Le ministre de l’innovation et de la Technologie, Belete Molla, a fait une présentation sur la politique de la science, de la technologie et de l'innovation de l'Éthiopie, les réalisations enregistrées jusqu'à présent et les principales orientations définies pour réaliser l'économie numérique.   Le directeur général de l’Institut éthiopien d’intelligence artificielle, Worku Gachena, a également fait une présentation sur le rôle concret de l’institut dans la réalisation de l’économie numérique et les principaux résultats de l’IA dans divers secteurs économiques du pays.   Les deux présentateurs ont souligné que les missions éthiopiennes devraient s'efforcer de solliciter des transferts de technologie, de faciliter les programmes de renforcement des capacités, d'obtenir un soutien financier pour les projets, de rechercher des marchés de destination et d'attirer les IDE.   Le ministre d'état des affaires étrangères, l'ambassadeur Misganu Arga, a souligné pour sa part le rôle essentiel de la technologie numérique dans le développement de l'Éthiopie et la nécessité d'une contribution accrue des missions éthiopiennes pour soutenir les efforts numériques.   Les ambassadeurs éthiopiens, les chefs de mission et les responsables du ministère des Affaires étrangères discutent des activités diplomatiques et des visites sur le terrain jusqu'au 27 janvier 2024.
Un cadre juridique a été élaboré pour permettre aux produits d'obtenir une protection de propriété intellectuelle.
Jan 3, 2024 105
Addis Ababa, le 3 djanvier 2024 (ENA) : - L'autorité éthiopienne de la propriété intellectuelle a annoncé qu'un cadre juridique a été préparé pour permettre aux produits à indication géographique et aux connaissances culturelles et sociales de bénéficier d'une protection de propriété intellectuelle.   L'autorité a eu une discussion avec les titulaires de droits, le monde des affaires et les représentants du pouvoir judiciaire concernant l'enregistrement et la protection des marques ainsi que la contrefaçon.   Selon le directeur général adjoint de l'Autorité, Mosisa ; Il a déclaré que l'Éthiopie protège ses ressources naturelles, culturelles et sociales grâce à la protection de la propriété intellectuelle et assure une protection juridique.   En outre, il a souligné que des projets de décrets relatifs aux produits indicateurs paysagers et terrestres ainsi qu'aux connaissances culturelles et sociales ont été élaborés au cours des deux dernières années.   Il a noté que le projet de loi sur les indications géographiques permettra à d'autres ressources, notamment les ressources et produits agricoles et animaux, d'obtenir une protection intellectuelle au-delà de la vente.   Il a mentionné que le café, le beurre de Sheno, les bois de Harar et de Jiro font partie des protections de propriété intellectuelle et a souligné que le décret revêt une importance à multiples facettes pour l'Éthiopie, notamment économique et sociale.   D'autre part, considérant que l'Éthiopie est un pays aux multiples nationalités et peuples et aux nombreuses grâces, le Directeur général adjoint a également suggéré qu'un projet de loi soit préparé pour assurer la protection des connaissances culturelles et sociales. Il a souligné que les aliments et boissons traditionnels, la connaissance de la médecine traditionnelle, les danses et les valeurs communautaires font partie des domaines protégés par le décret.   Il a notamment déclaré que la protection de la propriété intellectuelle des connaissances médicales traditionnelles contribue de manière significative au transfert des connaissances.   Les informations obtenues auprès de l'Autorité éthiopienne de la propriété intellectuelle indiquent que les projets de décrets sont actuellement examinés par le ministère de l'Innovation et de la Technologie et seront envoyés au Conseil des ministres pour complément d'information.    
Des membres du Parlement panafricain ont visité l'administration de la sécurité des réseaux d'information (INSA).
Dec 30, 2023 121
Addis Ababa, le 30 décembre 2023 (ENA) : - Un groupe de femmes membres du Parlement panafricain a visité l'administration de la sécurité des réseaux d'information. Le président du Conseil panafricain, Dr Ashber W. Giorgis, et la présidente du Groupe des femmes du Parlement panafricain, Amina Tijani Yaya, ont assisté à la visite. Le directeur général de l'Administration, Solomon Soka, a informé les membres des activités de l'INSA. Dans sa déclaration, le directeur général a exhorté que les Africains doivent affirmer leur souveraineté sur l'environnement en garantissant la propriété de la technologie et en se libérant du cybercolonialisme et de la dépendance technologique étrangère. Le président du Conseil panafricain, Dr Ashebir Wolde Giorgis, a affirmé que le travail de l'administration visant à enrichir la technologie et à assurer la souveraineté de notre pays est une source de fierté pour le pays et l'Afrique. Les collègues qui ont participé à la visite ont mentionné que le travail accompli les rendait fiers de leur africanité. Les parlementaires panafricains qui ont participé à la visite ont exprimé leur satisfaction quant aux produits et services technologiques indigènes qu'ils ont vus, selon les informations obtenues sur la page de réseau social d'Emeda. En particulier, il a déclaré qu'il serait bien que le centre de talents aide les jeunes dotés de talents particuliers à utiliser leur potentiel et qu'il soit considéré comme une bonne expérience pour d'autres pays africains. ​
Ethio-Telecom a annoncé une technologie qui permet aux institutions financières de fournir des services aux clients via Tele Birr.
Dec 21, 2023 111
Addis Ababa, le 21 décembre 2023 (ENA) : - Ethio-Telecom a annoncé la technologie « Digital Financial Marketplace » qui permet aux institutions financières de fournir des services aux clients via Tele Birr.   La PDG d'Ethio-Telecom, Frehiywot Tamru, était présent en présence des dirigeants de l'institution, des responsables des banques et de la microfinance, ainsi que des acteurs du secteur financier.   Cette technologie permet aux institutions financières d'offrir leurs services aux clients à des prix abordables grâce à une option numérique dans un cadre unique.   Il a été déclaré que le cadre numérique d’achat et de vente d’actions permet aux institutions commerciales agréées, aux banques, aux sociétés de microfinance et aux compagnies d’assurance de numériser l’achat et la vente d’actions.   Il a également été souligné que les services sont inclus dans Tele Birr Super App et peuvent être utilisés par les institutions et les clients du secteur financier.   Frehiywot Tamru, PDG d'Ethio-Telecom, a déclaré que l'institut promeut divers services qui feront de l'Éthiopie numérique une réalité expliquant qu'Ethio-Telecom soutient le secteur financier en fournissant des services efficaces, pratiques et rentables en plus des services de télécommunications réguliers.   Il a ssuré que les services lancés aujourd'hui créeront un environnement favorable permettant aux institutions financières de fournir de meilleurs services.    
Le ministère du travail et des Compétences et Ethio-Telecom ont signé un accord pour moderniser la création d'emplois grâce au numérique.
Dec 13, 2023 81
Addis Ababa, le 13 décembre 2023 (ENA) : -Le ministère du travail et des Compétences et Ethio Telecom ont signé un protocole d'accord pour mettre en œuvre la technologie numérique qui va contribuer à moderniser la création d'emplois et à élargir l'accès.   L'accord a été signé par la ministre de l'emploi et des compétences, Mufrihat Kamil et la PDG d'Ethio-Telecom, Frehiwot Tamru.   Grâce à cet accord, Ethio-Telecom devrait fournir des solutions technologiques pour moderniser le système du ministère.   Dans le même temps, la ministre du travail et des compétences, Muferihat Kamil, a indiqué que la contribution d'Ethio-Telecom en modernisant les services fournis par l'institution est significative.   Elle a dévoilé que le système développé dans le cadre de l'accord précédent pour soutenir l'emploi national grâce à la technologie a pu créer un environnement favorable permettant à plus de 3 millions de citoyens de trouver un emploi en un an.   En outre, elle a souligné que la formation dispensée par les institutions techniques et professionnelles et les produits fabriqués sont modernisés et utilisent le niveau technologique mondial.   Elle a mentionné que cela a permis aux citoyens de réussir leur mandat tout en protégeant leur sécurité d'emploi et leurs droits.   Lza ministre a souligné que l'accord conclu aujourd'hui est l'un des travaux visant à moderniser l'institution et a ajouté qu'il se concentrera sur la création d'opportunités d'emploi équitables à travers la numérisation complète des services fournis.   LPour sa part, la PDG d'Ethio-Telecom, Frehiwot Tamru, a mentionné que la mise à jour des procédures des institutions est importante pour faire de l'Éthiopie numérique une réalité et a souligné que l'institution travaille dur pour mettre en œuvre des procédures technologiques.   Ellea souligné que l'accord conclu aujourd'hui contribuera à élargir les options de numérisation précédemment présentées à l'institut.
Le ministère de l'eau et de l'énergie et le ministère du travail et des Compétences ont signé un protocole d'accord pour travailler ensemble.
Nov 27, 2023 105
Addis Ababa, le 27 novembre 2023 (ENA) : -Le ministère de l'eau et de l'énergie et le ministère du travail et des compétences ont signé un protocole d'accord pour travailler ensemble sur la technologie et la création d'emplois.   Il a été indiqué que le protocole d'accord permettra aux deux institutions de créer des opportunités d'emploi pour les jeunes et de développer la technologie, notamment dans le projet d'eau « Gdbe Deje ».   Le ministre de l'eau et de l'énergie, l'ingénieur Habtamu Itafa, et le ministre du travail et des compétences, Mufariat Kamil, ont signé l'accord.   Selon l'accord, dans le projet « Gdben Deje », il sera possible d'utiliser la technologie de récupération de l'eau de pluie pour l'irrigation et la purification de l'eau potable.   Lors du premier cycle, le projet a été mis en œuvre dans 11 écoles à titre pilote, et lors du deuxième cycle, il sera étendu à 87 écoles.   Le ministre de l'eau et de l'énergie, Habtamu Itafa, a dévoilé que la mise en œuvre du projet permettra la bonne utilisation des ressources en eau du pays. Il a mentionné que le projet vise à utiliser l'eau de pluie de manière assistée par la technologie et a déclaré qu'il contribuerait à augmenter la couverture hydrique du pays ajoutant que ce projet, lancé dans les écoles, sera étendu à toutes les régions du pays.   La ministre de l'emploi et des compétences, Muferiat Kamil, a indiqué que des travaux sont en cours pour produire une main d'œuvre qualifiée et formée dans le domaine des technologies de l'eau et pour favoriser le transfert de technologie. La ministre a confirmé que le projet fonctionnera conformément à l'accord qui augmentera les ressources en eau en créant des opportunités d'emploi pour de nombreux citoyens.
Agence des nouvelles éthiopienne
2023