Économie
La contribution des parcs industriels a atteint plus de 1,5 milliard de dollars en remplaçant les produits importés dans le pays.
Mar 3, 2024 30
Addis Abeba, le 3 mars 2024 (ENA) : - Akilulu Tadese, PDG de la société de développement des parcs industriels, a dévoilé que la contribution des parcs industriels a atteint plus de 1,5 milliard de dollars en remplaçant les produits importés localement. On sait que la participation des promoteurs locaux dans les parcs est passée de 10% à 55% cette année.   Le PDG de la Société de développement des parcs industriels a été reconduit dans ses fonctions indiquant que l'un des secteurs qui ont retenu l'attention dans l'économie autochtone est le secteur de l'industrie manufacturière.   Il a noté que diverses mesures ont été prises pour relancer le secteur au cours des quatre dernières années.   Il a indiqué que l'augmentation de la participation des promoteurs locaux dans les parcs, le remplacement des produits importés par des produits nationaux, la création de liens commerciaux et d'autres activités ont été réalisés.   Selon lui, la contribution des parcs industriels en remplacement des produits importés localement s'élève à plus de 1,5 milliard de dollars, et les exportations ont dépassé 2 milliards de dollars, a déclaré le directeur général. Le PDG a dit que la participation des promoteurs locaux dans les parcs, qui était inférieure à 10% il y a un an, atteint désormais 55% notant que 50% des participations aux investissements dans les parcs industriels au cours des sept dernières années ont été réalisées au cours de la dernière année et demie.   Il a également indiqué que les hangars de production des parcs industriels de Bole Lemi, Adama et Semera sont entièrement occupés par des investisseurs soulignant que des efforts étaient déployés pour élargir les marchés de destination en Amérique, en Europe, en Afrique et en Asie.   Selon le PDG, encourager davantage les investisseurs locaux, faire en sorte que les hangars de production appartiennent aux investisseurs, augmenter les exportations et élargir les destinations des marchés seront les principaux domaines d'intérêt pour l'avenir.  
L'Éthiopie lance des projets de gestion intégrée des ressources en eau
Mar 1, 2024 27
Addis Ababa 1 mars, 2024 (ENA) Les projets Basin Management Support for Resilient Inclusive Growth and Harmonized Transformation for the national integrated water resource management program of Ethiopia (BRIGHT) et Basin Scale Resilience Initiative for Ethiopia (Initiative de résilience à l'échelle du bassin pour l'Éthiopie) ont été lancés aujourd'hui.   Ces projets ont été lancés avec le soutien de l'Italie, de l'Union européenne et du gouvernement des Pays-Bas, en collaboration avec le ministère éthiopien de l'eau et de l'énergie et d'autres parties prenantes concernées.   Dotés d'un budget de 75 millions d'euros, les projets de gestion intégrée des ressources en eau, qui devraient être achevés dans les cinq prochaines années, viseront à améliorer la résilience et à réduire la vulnérabilité des populations à la sécheresse et au changement climatique en Éthiopie.   S'adressant au programme de lancement, Alessandro Faraoni, responsable du développement et de la coopération à l'ambassade d'Italie, a déclaré que la gestion intégrée des ressources en eau était cruciale pour le développement durable de la société et de l'environnement.   Soulignant l'importance de la gestion des ressources en eau, il a déclaré que les projets lancés aujourd'hui joueront un rôle essentiel dans l'exploitation des ressources en eau de l'Éthiopie.   L'ambassadeur des Pays-Bas en Éthiopie, Henk Jan Bakker, a déclaré que le lancement des projets de gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) est un grand pas en avant pour le pays afin d'améliorer la gestion des ressources en eau.   L'ambassadeur de l'UE en Éthiopie, Roland Kobia, a quant à lui déclaré que l'UE et ses États membres se souciaient de renforcer la capacité des communautés vulnérables et des autorités locales à gérer leurs ressources naturelles, afin de développer leurs économies dans les domaines de l'agriculture et de l'industrie.   De même, le ministre de l'eau et de l'énergie, Habtamu Itefa, a déclaré que les projets sont essentiels pour assurer l'efficacité et l'équité de l'eau, et qu'ils constituent la base d'une gestion intégrée des ressources en eau.   Le ministre a affirmé l'engagement du ministère à fournir le soutien nécessaire à la réalisation des projets en collaboration avec toutes les parties prenantes concernées.   Ces projets font partie du programme national de gestion intégrée des ressources en eau mis en œuvre sous les auspices du ministère de l'eau et de l'énergie, a-t-on indiqué.   Les bassins d'Abbay, d'Awash, de Wabi-shebele, des lacs de la vallée du Rift, de Danakil, d'Omo-Gibe et de Tekeze bénéficieront de ce programme de gestion intégrée des ressources en eau (IWRM), a-t-on appris.
Des fonctionnaires de haut niveau discutent de l'adhésion de l'Éthiopie à l'OMC
Mar 1, 2024 21
Addis Ababa 1 mars, 2024 (ENA) La délégation éthiopienne, conduite par le ministre du commerce et de l'intégration régionale et négociateur en chef pour l'adhésion de l'Éthiopie à l'OMC, Gebremeskel Chala, s'est entretenue avec le ministre d'État au commerce extérieur et président de la 13e conférence ministérielle de l'OMC (MC13), Thani bin Ahmed Al Zeyoudi.   Le négociateur en chef adjoint et ministre d'État au ministère des affaires étrangères, l'ambassadeur Mesganu Arga, le ministre d'État au ministère des finances, Eyob Tekalegn, membre du comité directeur national pour l'adhésion de l'Éthiopie à l'OMC, et l'ambassadeur Oumar Hussein, ambassadeur d'Éthiopie aux Émirats arabes unis, ont participé à la réunion bilatérale.   À cette occasion, la délégation éthiopienne a informé les Émirats arabes unis des négociations d'adhésion de l'Éthiopie à l'OMC et des progrès réalisés jusqu'à présent, et a demandé le soutien des Émirats arabes unis dans les efforts de l'Éthiopie pour conclure les négociations.   En outre, la délégation éthiopienne a rencontré et discuté avec le ministre de Londres et ministre d'État pour la politique commerciale du Royaume-Uni, Gregory William Hands, et la présidente du groupe de travail sur l'adhésion de l'Éthiopie à l'OMC et ambassadrice adjointe du Royaume-Uni à Genève, Rebecca Fisher Lamb.   La délégation britannique a exprimé sa ferme volonté de continuer à soutenir le processus d'adhésion de l'Éthiopie à l'OMC. L'ambassadrice Rebecca Fisher Lamb a réitéré sa ferme conviction et son espoir que l'Éthiopie conclura son processus d'adhésion et rejoindra l'OMC au cours de sa présidence.   Le Royaume-Uni et les Émirats arabes unis ont apprécié les efforts renouvelés de l'Éthiopie et les progrès réalisés pour devenir membre de l'OMC.   Compte tenu de la taille importante du marché et de l'économie de l'Éthiopie, l'adhésion à l'OMC est mutuellement bénéfique pour l'Éthiopie et les autres pays membres, selon le ministère des affaires étrangères.
Ethiopian Airlines inaugure un centre de service de fret moderne pour le commerce électronique
Feb 29, 2024 21
Addis Ababa 29 février,2024 (ENA) Le groupe Ethiopian Airlines a inauguré aujourd'hui un centre moderne de services de fret pour le commerce électronique, construit pour un coût de 55 millions de dollars.   S'exprimant à cette occasion, le PDG du groupe Ethiopian, Mesfin Tasew, a déclaré que la compagnie aérienne continuait à mettre en œuvre des pratiques modernes pour maintenir sa compétitivité internationale.   Suite à la tendance à la baisse du service de fret normal et à la tendance croissante du marketing numérique à l'échelle mondiale, le service de fret électronique se développe, a-t-il ajouté.   C'est pourquoi la compagnie aérienne mène de nombreuses activités.   Parmi celles-ci, le troisième centre de services de fret électronique construit avec 55 millions de dollars à l'aéroport international de Bole.   Le centre de services de fret électronique permettra de transporter les marchandises achetées par le biais du système de commerce électronique vers différents pays du monde en passant par Addis-Abeba, a déclaré le PDG Mesfin, ajoutant qu'il permettra également de renforcer les liens commerciaux.   Le centre de fret ne se contentera pas de fournir les services habituels, il jouera également un rôle clé dans la facilitation de la stratégie globale du nouveau marché, a-t-il précisé.   Le centre de commerce électronique présente d'énormes avantages non seulement pour l'Éthiopie, mais aussi pour faciliter l'économie continentale et la zone de libre-échange.   Soulignant que la compagnie aérienne tire 30 à 35 % de ses recettes totales des services de fret, M. Mesfin a déclaré que des activités étaient en cours pour stimuler ce revenu en constante augmentation.   Sur les 6,1 milliards d'USD de recettes totales que la compagnie aérienne a obtenues au cours de la dernière année fiscale éthiopienne, environ 2 milliards d'USD provenaient des services de fret et de logistique, a-t-on appris.   Le ministre des transports et de la logistique, Alemu Sime, le ministre de l'innovation et de la technologie, Belete Molla, la ministre des finances, Semereta Sewasew, des ambassadeurs et des représentants de la communauté diplomatique, entre autres, ont assisté au programme d'inauguration.  
L'Éthiopie souligne l'importance de l'AfCFTA pour la création d'un écosystème commercial panafricain plus fort et plus inclusif
Feb 29, 2024 23
Addis Ababa 29 février,2024 (ENA) La Mission permanente de l'Éthiopie à Genève a souligné l'importance de la Zone de libre-échange continentale africaine (AfCFTA) pour créer un écosystème commercial panafricain plus fort et plus inclusif.   L'ambassadeur Tsegab Kebebew, représentant permanent de l'Éthiopie auprès de l'Office des Nations unies à Genève, a présenté un exposé sur le thème "Projets et dynamiques régionaux ayant une portée panafricaine" lors de la réception du Nouvel An des ambassadeurs organisée par le Swiss Africa Business Circle (SABC) le 28 février 2024 à Berne, en Suisse. Le discours de l'ambassadeur s'est concentré sur l'Agenda 2063, le cadre stratégique à long terme de l'Union africaine pour un développement inclusif et durable, en tant que plan directeur pour la transformation du continent. Dans son discours, l'ambassadeur Tsegab a souligné l'importance de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) en tant que projet phare à fort impact de l'UA 2063 afin de créer un écosystème commercial panafricain plus fort et plus inclusif. Il a noté que la ZLECA nécessite une coordination globale, une harmonisation et une intégration progressive, ce qui est mieux réalisé par les communautés économiques régionales (CER). À cet égard, le représentant permanent a fourni des explications détaillées sur les principaux projets régionaux de l'IGAD, dont l'Éthiopie est l'un des principaux partenaires.   M. Tsegab a également évoqué le corridor Addis-Djibouti, le commerce régional de l'énergie entre les pays d'Afrique de l'Est et le projet de corridor Lamu Port-Soudan du Sud-Éthiopie-Transport (LAPSSET), dans lequel l'Éthiopie est une partie prenante importante. Selon l'ambassadeur, ces initiatives soutiennent les objectifs de la zone de libre-échange continentale africaine et de l'Agenda 2063 de l'Union africaine, qui visent à stimuler le développement socio-économique, à réduire la pauvreté et à renforcer la connectivité et la compétitivité de l'Afrique dans l'économie mondiale.  
L'Éthiopie et le Ghana devraient intensifier leur rôle pour faire enflammer le panafricanisme : Conseiller juridique ghanéen.
Feb 28, 2024 40
Addis Abeba, le 28 février 2024 (ENA) : - Les relations entre l'Éthiopie et le Ghana, qui ont énormément contribué à l'avancement du panafricanisme, devraient être renforcées dans les domaines de l'intégration économique, selon le conseiller juridique principal ghanéen à l'Union africaine.   Dans un entretien exclusif avec l'ENA, Bugre a dévoilé que le Ghana et l'Éthiopie ont une longue histoire ensemble et sont proches depuis Kwame Nkrumah et Haile Selassie.   « Je dis toujours aux gens que l’Éthiopie est comme le Ghana ou que les Ghanéens sont comme les Éthiopiens. Ce sont des gens très, très accueillants, mais il faut aller plus loin », a-t-il expliqué.   En outre, il a décrit que l’Éthiopie n’est pas seulement l’origine de la race noire, mais qu’elle est également le berceau de la civilisation humaine et le début de l’humanité.   L'Éthiopie est un pays très important en matière de panafricanisme, a-t-il noté, soulignant que les Éthiopiens devraient profiter de cette opportunité pour construire et renforcer leur centre pour les Africains.   Bugre a souligné que l'Éthiopie et le Ghana devraient accélérer l'intégration économique en plus d'approfondir leurs liens politiques ajoutant que les pays doivent profiter de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) et accroître la mobilité des jeunes.   Bugre a cité le célèbre dicton de Kwame Nkrumah : « Je ne suis pas Africain parce que je suis né en Afrique, mais parce qu’Africain est né en moi ».   Il a indiqué qu'après 60 ans, la jeune génération sera en mesure de raviver le concept de panafricanisme, car ce concept aspire à une Afrique pacifique, prospère et intégrée, adaptée à ses peuples, exhortant les Africains à revenir aux racines du panafricanisme.   Bugre a également mentionné l'importance d'enseigner aux jeunes Africains leur culture et leur histoire. « Nous devons revenir à nos racines du panafricanisme, où nous parlons non seulement de libération, de la libération du continent africain de l'esclavage et de la colonisation, mais aussi d'enseigner notre histoire.   Il a souligné la nécessité de suivre les traces des pères fondateurs de l'Afrique qui prônaient l'intégration et l'unité afin de changer la vie des peuples du continent. ​
Une agence de voyages basée en Corée du Sud cherche à envoyer des touristes en Éthiopie.
Feb 28, 2024 28
Addis Abeba, le 28 février 2024 (ENA) : - L’agence de voyage Yellow Balloon, l'une des principales agences de voyages en Corée du Sud, souhaite envoyer des touristes en Éthiopie.   L'ambassadeur d'Éthiopie en Corée du Sud, Dessie Dalkie, s'est entretenu avec le PDG de l’agence de voyage Yellow Balloon, Kim, Jin Kook, selon l'ambassade d'Éthiopie à Séoul, en Corée du Sud.   Au cours de la discussion, l'ambassadeur Dessie Dalkie a expliqué que l'Éthiopie est l'endroit idéal pour les touristes avec des destinations touristiques à couper le souffle telles que les magnifiques obélisques d'Axum du 4ème siècle après JC et les églises rupestres médiévales de Lalibela du 11ème siècle.   En outre, les châteaux de Gondar du XVIIe siècle et la quatrième ville islamique la plus sainte du monde, Harar, les parcs nationaux et autres patrimoines enregistrés par l'UNESCO font du pays un endroit idéal pour les touristes. L'ambassadeur Dessie a noté que les nouvelles attractions touristiques comme le parc d’Unité, d’Entoto ainsi que le musée mémorial de la victoire d’Adwa et d'autres sont agréables à visiter en plus des sites historiques de l'Éthiopie.   L’Éthiopie constituerait donc un marché énorme pour la Yellow Balloon Tour Agency, a réaffirmé l’ambassadeur.   En outre, l'ambassadeur Dessie leur a demandé d'effectuer des voyages de familiarisation en Éthiopie et d'inclure l'Éthiopie dans leurs voyages organisés.   Le PDG de Yellow Balloon Tour Agency, Kim Jin Kook, a pour sa part exprimé qu'il est fasciné par les destinations touristiques éthiopiennes et qu'il travaillerait avec l'ambassade éthiopienne pour envoyer des touristes en Éthiopie.   Il a souligné qu'ils envisageraient de visiter des destinations touristiques éthiopiennes et d'inclure l'Éthiopie dans leurs voyages organisés. ​
La 13ème Conférence ministérielle de l'OMC a démarré à Abou Dhabi.
Feb 26, 2024 29
Addis Abeba, le 26 février 2024 (ENA) : - La 13e Conférence ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) a débuté aujourd'hui à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis.   L'Éthiopie participe à la réunion de quatre jours en tant que membre observateur de l'organisation.   Lors de la conférence, les membres de l'OMC auront pour la première fois des discussions consacrées au développement durable.   En outre, des groupes de membres de l'OMC présenteront les résultats concrets et les prochaines étapes de leurs initiatives respectives en matière de pollution par les plastiques, de commerce et de durabilité environnementale, ainsi que de réforme des subventions aux combustibles fossiles.   Le ministre du Commerce et de l'Intégration régionale et négociateur en chef pour l'adhésion de l'Éthiopie à l'OMC, Chala Gebremeskel, le ministre d'État des affaires étrangères, l'ambassadeur Mesganu Arga, le ministre d'État des Finances, Eyob Tekalign, et l'ambassadeur d'Éthiopie auprès des Émirats arabes unis, Oumer Hussien font partie des membres de la délégation éthiopienne.   La conférence devrait débattre d’une série de questions qui affectent le monde, notamment le système commercial multilatéral, la réforme institutionnelle de l’OMC, la sécurité alimentaire, les activités de réforme fiscale et tarifaire. L'Ambassadeur Athaliah Lesiba, Présidente du Conseil général de l'OMC, a présenté un rapport soulignant les progrès réalisés dans la mise en œuvre des engagements de la conférence précédente, notamment le renforcement des examens commerciaux et l'avancement des négociations sur les subventions à la pêche et le commerce électronique.   Des discussions sont en cours concernant la déclaration ministérielle, avec un projet de document distribué pour de nouvelles consultations.   Des sessions dédiées sont prévues pour finaliser la déclaration.   Selon le ministère du Commerce et de l'intégration régionale, l'Éthiopie s'efforce de finaliser son adhésion à l'Organisation mondiale du commerce.
Les taux d'intérêt élevés que paie l'Afrique bloquent son développement, selon un économiste américain
Feb 24, 2024 30
Addis Ababa 24 février, 2024 (ENA) Le professeur Jeffrey Sachs, économiste américain de renom, a souligné que les taux d'intérêt plus élevés que dans toute autre partie du monde entravent les efforts de développement de l'Afrique.   La probabilité que les taux d'intérêt restent élevés en 2024 et au-delà présente des défis uniques pour de nombreuses économies africaines, a-t-il été indiqué.   Les niveaux de la dette publique des pays africains ont augmenté de manière significative ces dernières années en raison de l'augmentation rapide des dépenses publiques des gouvernements respectifs afin d'atténuer les effets des multiples chocs mondiaux tels que le Covid-19 et l'inflation, a-t-on indiqué.   Dans un entretien exclusif avec ENA, le professeur Sachs a révélé que l'Afrique payait des taux d'intérêt beaucoup plus élevés que n'importe quelle autre partie du monde.   Selon lui, l'Afrique a besoin de capitaux, d'infrastructures, d'éducation et de capital naturel pour construire le continent et obtenir d'excellents résultats économiques.   Cependant, le système de financement mondial ne fonctionne pas correctement, a déclaré l'économiste.   "L'Afrique devrait être la région du monde qui connaît la croissance la plus rapide, mais les taux d'intérêt étant si élevés, c'est ce qui bloque réellement une grande partie du développement du continent", a souligné M. Sachs.   Le célèbre économiste a donc souligné la nécessité de réformer l'architecture financière internationale pour permettre à l'Afrique d'accéder à des financements à long terme et à faible coût.   Il a déclaré : "L'idée de base de la réforme financière mondiale est donc de s'assurer que l'Afrique puisse accéder à un financement à long terme et à faible coût afin qu'elle puisse réellement construire l'infrastructure nécessaire à la modernisation."   L'Union africaine s'est actuellement engagée à accélérer la mise en place de ses propres institutions financières afin de relever les défis de l'architecture financière mondiale actuelle, qui ne favorise pas la transformation de l'Afrique et ses besoins en matière de développement.   La mise en place d'institutions financières africaines devrait améliorer l'accès de l'Afrique aux capitaux, à des mécanismes impartiaux de gestion de la dette et à des évaluations équitables du crédit et des risques.   En sa qualité de représentant des Nations unies, l'économiste a ajouté qu'il travaillait sur ce programme, en insistant auprès des autres institutions financières internationales pour qu'elles mettent en œuvre cette réforme financière.   J'ai beaucoup plaidé pour que l'Union africaine devienne le 21e membre du G-20, a-t-il déclaré, ajoutant que nous avons maintenant un G-21 et que nous devons pousser très fort pour la réforme financière.   L'économiste a également critiqué les pays riches qui n'ont pas tenu leurs promesses, affirmant qu'"ils parlent beaucoup mais ne tiennent pas vraiment leurs promesses".   "C'est pourquoi nous avons besoin de l'Afrique à la table des négociations pour dire que vous devez tenir vos promesses. Il y a eu tant de promesses sur le financement de la lutte contre le changement climatique. Il y a eu tant de promesses sur la structure de la dette. Très peu a été fait.   Notant que la véritable négociation est primordiale, le célèbre économiste américain a déclaré que les discussions devaient cesser et que nous devions passer à l'action.
Plus de 1,9 billion de Birr ont été transférés via Telebirr- Ethio Telecom.
Feb 22, 2024 34
Addis Abeba, le 22 février 2024 (ENA) : - Frehiwot Tamru, PDG d'Ethio Telecom, a annoncé que plus de 1,9 billion de birr avaient été transférés via Telebr, qui existe depuis près de trois ans.   Elle a noté qu’Ethio-Telecom réussit à générer des clients, des revenus et une rentabilité sur un marché concurrentiel.   En outre, elle a indiqué que la société est actuellement l'un des plus grands opérateurs de télécommunications au monde et a déclaré que la société avait collecté 358 milliards de birr au cours de la moitié des cinq dernières années.   Elle a mentionné que le service, qui existe depuis près de trois ans, a jusqu'à présent transféré plus de 1,9 billion de birrs, ce qui indique que l'institution contribue positivement à la construction de l'économie numérique.   La PDG a également dévoilé que des activités sont en cours qui permettront à l'Éthiopie d'utiliser ses ressources en utilisant la technologie apporte sa propre contribution en augmentant la productivité, en maintenant la qualité des produits et en établissant des pratiques rentables.   Selon Frehiwot, divers systèmes numériques ont été fournis aux acteurs des secteurs agricole et minier soulignant que ceci continuerait à se renforcer.   On rappelle qu'Ethio Telecom a annoncé le service Telebr en mai 2013 en présence du Premier ministre Abiy Ahmed.   Le service est utilisé pour envoyer, recevoir et acheter de l’argent par tous les moyens de communication tant au niveau national qu’international.   De plus, il est possible de payer l'école, l'eau et l'électricité, ainsi que les services fournis par l'entreprise par téléphone.
La demande de l'Éthiopie d'accéder à la porte maritime est conforme aux accords internationaux suivant le principe du donner et du recevoir.
Feb 22, 2024 42
Addis Abeba, le 22 février 2024 (ENA) : - Addis Alemau, chercheur à l'Institut des affaires étrangères, a assuré que la demande d'accès de l'Éthiopie à la porte maritime est conforme aux accords internationaux et suit le principe du donner et du recevoir.   En 2010, les Nations Unies ont décidé comment les pays devraient utiliser leurs frontières maritimes. En 1982, la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer (UNCLOS) a été adoptée.   Les données indiquent que plus de 169 pays ont accepté et approuvé cette loi en 2010 Iqui est entré en vigueur en 1994 et contient des informations détaillées sur la nature et l'utilisation des eaux territoriales et internationales, ainsi que sur les différends et les processus de règlement des différends concernant les frontières maritimes.   Dans cette loi, il est souligné qu'aucun pays ne peut bloquer le passage sur le territoire maritime d'un pays tant que cela est à des fins pacifiques.   Cette loi, en particulier l'article 125, sections 1 à 5, stipule que les pays sans littoral ont la liberté de communiquer avec la mer par tout moyen de transport à travers les pays enclavés.   Selon les données, 44 pays dans le monde sont enclavés, dont 16 en Afrique.   Addis Alemau, chercheur à l'Institut des Affaires étrangères, a déclaré à l'ENA que, sur la base de la loi, de nombreux pays qui ne disposent pas de ports maritimes bénéficient des ports maritimes.   Il a également mentionné que certains pays ont obtenu des portes d'entrée pour des activités économiques et d'autres activités en négociant avec le pays propriétaire de la porte maritime.   Le chercheur qui a soulevé la question de l'utilisation de la porte maritime de l'Éthiopie est approprié, notamment parce qu'elle nécessite une porte d'entrée et de sortie capable de soutenir la croissance démographique et économique.   Il a également indiqué que pour trouver une solution à ce problème, elle avait soumis une demande d'utilisation du port sur la base d'accords maritimes internationaux.   Il a également mentionné que l'Éthiopie est un pays déterminé à se développer et à croître en coopération avec les pays voisins, et que pour rendre cela plus efficace, les pays devraient accepter sa demande d'un port alternatif.
Le système financier international favorable aux créanciers doit être réformé pour accroître l'équité : Cheikh Mansour ben Musallam.
Feb 22, 2024 36
Addis Abeba, le 22 février 2024 (ENA) : - « Le système financier international, qui protège uniquement les intérêts et les intérêts des créanciers, devrait être modifié pour accroître l'équité et le bénéfice mutuel », selon Cheikh Mansour bin Musallam, secrétaire général de l'Organisation de coopération australe.   Il a également noté que les pays membres de l'organisation ont formé une coalition qui créera la capacité de négocier ensemble sur le changement du système financier international, y compris l'allègement de la dette.   L'Organisation de coopération australe a établi un système éducatif équilibré et complet comme objectif principal de parvenir à un développement basé sur l'égalité, la justice et le partenariat.   De plus, en changeant le système financier mondial, les pays membres de l'organisation bénéficient d'un allégement de leur dette et de nouveaux financements constituent une autre mission.   Selon Cheikh Mansour Bin Musallam, secrétaire général de l'organisation, la plainte des pays en développement selon laquelle le système financier mondial doit être modifié est fondée sur la réalité.   Il a également mentionné que le système financier s'emploie à protéger les intérêts des créanciers et n'écoute pas la voix des débiteurs soulignant que l'Organisation de coopération australe travaille avec ses pays membres pour changer le système financier unilatéral.   En novembre 2023, lors d'une réunion tenue au siège de l'organisation à Addis-Abeba, les ministres des Finances des pays membres ont décidé de créer une coalition baptisée « Union à effet de levier commun des emprunteurs » (Club).   Il a expliqué que l'alliance donne aux pays la possibilité de négocier ensemble le changement du système financier international, y compris l'allégement de la dette.   Il a également déclaré que pour parvenir à un résultat basé sur une utilisation équitable des Cheikh Mansoor a exhorté que les pays devraient refléter leur propre culture, leurs traditions et leurs idées dans leur système éducatif.   En outre, il a expliqué que l'organisation travaille avec les pays membres africains pour réaliser une transition structurelle dans le système éducatif.   Il a également souligné que l'organisation soutient la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine, qui constitue le principal programme de l'Union africaine.   Il a souligné qu'il travaillait en coopération avec les pays membres sur l'expansion des infrastructures pour connecter l'Afrique.   "La coopération Sud-Sud et la connectivité africaine sont mutuellement bénéfiques", a déclaré Cheikh Mansoor, affirmant que l'organisation continuerait à fournir le soutien nécessaire à la réussite de cet objectif.
Un économiste américain rennu prévoit une croissance très rapide en Éthiopie pendant des décennies.
Feb 22, 2024 31
Addis Abeba, le 22 février 2024 (ENA) : - Le célèbre économiste américain, le professeur Jeffrey Sachs, a prévu que l'Éthiopie connaîtra une croissance économique très rapide dans les décennies à venir.   S'adressant à l'ENA, l'économiste a également salué l'Éthiopie pour son ambition de parvenir à une intégration régionale en matière d'échanges commerciaux et d'infrastructures dans la Corne de l'Afrique et au-delà.   Selon l’économiste, de grands changements de développement sont en cours en Éthiopie dans divers domaines.   Le professeur Jeffrey a expliqué qu'il a été témoin du développement de nouveaux parcs industriels, de chemins de fer et d'autres infrastructures dans de nombreuses régions d'Éthiopie.   Il a en particulier salué les fortes augmentations de productivité agricole du pays dans l’état d’Oromia et d’autres états régionaux de l’Éthiopie.   L'Éthiopie, avec une stratégie d'investissement très audacieuse et désormais membre des BRICS, disposera également d'un grand levier pour attirer les investissements et les financements, en particulier en provenance des pays du Golfe, a déclaré l'économiste.   En outre, l'économiste a noté que les BRICS constituent un groupe très important, qui représente près de 40% de la production mondiale si l'on combine la Chine, l'Inde, la Russie, le Brésil et l'Afrique du Sud, l'Éthiopie et l'Égypte ainsi que le Royaume d'Arabie saoudite, les Émirats Arabes et l’Iran.   Les BRICS préparent des plans pour un meilleur financement, pour un meilleur système de paiement utilisant des règlements autres que le dollar et il y a aussi la banque des BRICS, la Nouvelle Banque de Développement à Shanghai, en Chine.   Interrogé sur l’ambition de l’Éthiopie en matière d’intégration régionale, le professeur Sachs a affirmé que la Corne de l’Afrique a réellement besoin de paix, de coopération économique et d’investissements.   "L'intégration régionale est fondamentalement cruciale. C'est une leçon fondamentale de l'économie. » a assuré l’économiste. ​
Agence des nouvelles éthiopienne
2023